Bien manger commence par…?

…bien mastiquer, bien mâcher, réduire en bouillie, exploser en particules élémentaires avec les « chicos », les ratiches, les dents en français!

Que devient un aliment mal mastiqué? Il ressort souvent intact: ben oui! il n’y a pas d’autres endroit pour continuer ce premier travail mécanique indispensable, il n’y a pas de dents dans l’estomac, ça se saurait! Quel gaspillage! A l’heure où le coût d’une alimentation saine semble trop importante pour certain.

La mastication, c’est le petit espoir pour que les féculents aient un peu d’intérêt, qu’ils ne deviennent pas de la colle d’abord dans l’estomac puis dans les intestins.

Petite expérience, mélangez une farine avec de l’eau et « touillez » (remuez en franc-comtois, on parle la langue du pays!): les pâtisseries sont pour faire de la tapisserie, encollage assuré.

La mastication s’est le grand espoir d’extraire des fibres des légumes (feuilles et racines) les précieuses vitamines accompagnées de leurs minéraux, des protéines, etc… . Vous avez acheté un légume sain, le maraîcher a tout fait pour qu’il soit le plus naturel possible, pour qu’il soit gorgé des éléments les plus nutritifs et vous l’avalez tout rond: sans mastication, gaspillage assuré, de l’argent jetée par les fenêtres. C’est aussi fermentation assurée quand après des années de travail bâclé, d’encollage par les féculents, il y a plein de parasites, de levures et de champignons qui ont remplacé un flore intestinale qui n’était pas alimentée par des fruits et des légumes. Ah, ils ont fortune assurée les vendeurs de « ventres plats » et autres produits anti-ballonnement, tant mieux pour eux…

Une mastication bien faite, c’est une méditation sans coach pour découvrir l’essentiel de son aliment et de faire l’expérience de ses papilles gustatives, de ses mandibules. Si vous ne savez pas faire la différence au niveau goût entre les différents modes de culture, mastiquez, vous la ferez ensuite, c’est promis.

Comparer la liste des composants et dire « je prends tel aliment parce qu’il apporte tel composant qui me manque, pouêt-pouêt!, mes analyses sanguines me le disent… » sans tenir compte que la bouchée va descendre dans l’estomac sans avoir été triturée par les mâchoires, c’est juste pour combler son ignorance bien alimentée par des années de publicités mensongères.

Pour la mastication, personne ne peut le faire à votre place et si les dents s’usent c’est parce que l’on ne s’en sert pas! En mastiquant, aucune chance de devenir un « sans-dent ». Sur la symbolique des dents cariées, je lisais dernièrement que cela était significatif d’un problème de paroles non dites: oui, si les dents n’ont pas la parole, elles se fragilisent (cqfd), c’est pour cela qu’aux premières dents de bébé, on passe au solide pour qu’il fasse ses expériences, avec des  grimaces d’interrogation (et non de dégoût) au début.

Si le mal est déjà bien avancé? que vous êtes fatigués, en manque d’énergie, que l’on vous a diagnostiqué une « maladie de civilisation »…

…Et bien, il y a les jus frais et crus de légumes faits grâce à des extracteurs de jus (mécaniques, pas vapeur!), c’est une source providentielle de vitamines, de minéraux sans effort digestif ni de mastication. Il faut investir actuellement un minimum de 300 euros pour une bonne machine ou mastiquer, c’est gratuit $$$.

Voilà encore une démonstration que vous avez un pouvoir immense, c’est à vous de le prendre…sinon, laissez les autres vous mâcher le fruit de votre travail, c’est votre choix.

Alors plutôt que « bon appétit », souhaitez-vous « bonne mastication », le bonheur est à portée de dents.

Pascal Rorato

Ce contenu a été publié dans Alimentation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.