Quelques conseils pour l’éducation de son chiot peureux.

L’éducation canine commence dès le premier contact.

Développer le sentiment de sécurité

Éducation d’un chiot peureux voire très peureux à l’extérieur

Le chiot doit se sentir en sécurité avec son maître.

Un chiot très peureux va se méfier de vous en restant à distance voire en fuyant: prévoyez d’être dans un lieu clos et sécurisé lors du premier contact.

C’est au chiot de s’approcher de vous pour qu’il surmonte lui-même ses peurs. Baissez-vous, parlez peu ou pas du tout si vous constatez que votre voix ne le rassure pas. Placez-vous dos à lui, cela lui donnera plus confiance. Vos gestes et mouvements doivent être calmes.

Quand il s’approche, de dos ou de face, mettez votre main plus bas que sa tête pour qu’il puisse la sentir et laissez-lui le temps de se familiariser avec votre odeur.

Les caresses d’accueil doivent se faire sous le poitrail, et les futurs caresses « récompenses » peuvent être étendues au reste du corps. Les caresses sur la tête et le dessus du cou peuvent être vécues comme de l’agression: vous le vérifiez si le chiot se décale, redevient méfiant ou qu’il essaie d’attraper votre main.

Vous savez que votre chiot a confiance en vous quand il se place derrière vous dans les situations qui lui font peur. S’il le fait très souvent, votre mission va être de lui faire surmonter sa méfiance.

Comment faire surmonter la méfiance du chiot?

1/ En laisse.

Si vous bloquez votre chiot avec la laisse, que celle-ci est tendue et souvent raccourcie, alors vous n’avez pratiquement aucune chance de lui faire prendre confiance.

« Laisse tendue = chien stressé »


La laisse doit être maintenue souple et dans les situations proche de zones à risques comme les zones de circulation automobile, cela demande une certaine habileté que vous pouvez acquérir avec des cours d’éducation canine en zone urbaine.

2/ Sans laisse.

Les moments de dépenses physiques sans laisse sont très importants pour le bien-être des chiens.

En zone sécurisée, éloignée des voies de circulation automobile, il est important d’apprendre au chien à vous surveiller du coin de l’œil. Cela se fait assez naturellement pour un chiot peureux et qui a confiance en vous. Sur le long terme, entretenir chez votre chiot la peur de vous perdre, évite de passer votre temps à rappeler votre chien en ballade.

L’idéal est de partir de la zone où le chiot à peur quand vous constatez qu’il est rassuré. En « fuyant », le chiot n’apprends pas à s’auto-contrôler. Pour l’aider à se rassurer, approchez-vous de ce qui l’intrigue utilisez un ton de voix rassurant (ou moqueur/joyeux), il va de soi que vous devez montrer l’exemple en étant vous-même rassuré…

Rencontre avec des animaux en pâture (chevaux, vaches, moutons …)

Dans cette situation, s’il ne reste pas à observer, s’il fuit ou grogne avec les poils qui se dressent , vous risquez qu’il course ces animaux plus tard. Il aura le souvenir qu’ils sont un danger pour lui et quand il se sentira assez fort pour les affronter, il pourra les attaquer. C’est important qu’il puisse très rapidement se familiariser et laisser tranquille ces animaux.

Rencontre avec promeneurs, les cyclistes, les cavaliers…

Profitez que votre chiot n’inspire pas de peur aux promeneurs pour le laisser se faire caresser par ceux qui ont envie (socialisation). Si le chien a peur, devancez-le pour aller discuter tranquillement avec ces promeneurs (votre chiot prendra ensuite en exemple votre comportement rassuré) et quand vous constatez qu’il s’est rassuré, prenez congé en disant, une seule fois de manière audible, le mot indiquant le départ et partez.

Pour les cyclistes et cavaliers, l’erreur habituelle qui engendre plus tard des problèmes de poursuites, est de retenir le chiot par le cou (ou laisse tendue quand il est en laisse). Il faut utiliser des moyens de détourner l’attention de votre chiot soit en jouant, soit en partant rapidement à contre-sens des randonneurs. Sur le long terme, pouvoir le contrôler par des ordres d’immobilité à distance s’avère très utile, mais se sera l’étape suivante car:

les meilleurs apprentissages se font dans la confiance.


Pascal Rorato

Partagez sur votre réseau social...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*